Photographe et vidéaste : comment assurer votre matériel ?

Les appareils photo reflex, les appareils photo hybrides, les caméscopes et autres caméras utilisés par les vidéastes et les photographes professionnels sont généralement des matériels onéreux. À cela s’ajoutent des accessoires divers comme les objectifs, les sacs photo, les trépieds et autres flashs de studio. Comme ce sont des investissements assez conséquents, il est impératif de les assurer à leur valeur. Voici notamment quelques conseils qui devraient aider dans le choix de meilleur contrat d’assurance.

Est-ce que l’assurance habitation suffit ?

Pratiquer la photo requiert l’utilisation de matériels spécifiques comme un appareil photo compact, un stabilisateur d’images, un capteur performant, un appareil photo compact expert avec zoom optique ou encore des appareils à autofocus. Les éclairages auto-portatifs et autres flashs et trépieds s’ajoutent au lot, ce qui représenter facilement les quelques milliers d’euros.

apnLe problème avec ce genre de matériels, c’est qu’on peut facilement les perdre ou les endommager. Plusieurs solutions permettent d’assurer son appareil photo et l’assurance multirisque habitation compte parmi eux. Le contrat d’assurance, que les gens souscrivent généralement avec la mutuelle santé, intègre généralement une option loisir qui inclut une garantie des matériels audio, photo et vidéo. Il convient néanmoins de rappeler que le plafond de la prise en charge est relativement bas et ne couvre que les dommages subis par les appareils à l’intérieur du logement.

Pour étendre les garanties de l’assurance multirisque habitation, on choisira ainsi de souscrire une garantie voyages qui permettent de recevoir une indemnité si les appareils photos et vidéos ont été la cible de vols durant un séjour à l’étranger. On peut également rajouter une garantie dans le contrat automobile et souscrire l’option casse accidentelle qui vient rembourser le coût de l’appareil photo compact contre les risques de vol ou de dommages après une mauvaise chute. Il convient de rappeler que même si cette dernière est assez onéreuse, il reste que ses plafonds sont élevés, ce qui est avantageux pour couvrir les appareils numériques haut de gamme.

Les points à vérifier lors de la souscription du contrat d’assurance

Quel que soit le contrat d’assurance retenu pour ses appareils photo reflex numériques, il est important de tenir compte de deux points à savoir le montant des franchises et le taux de vétusté proposé par l’établissement. Il est également intéressant de s’informer sur le niveau de couverture de l’assurance lors des séjours à l’étranger. Que ce soit pour un safari photo en Afrique, une séance photo avec les baleines aux Bahamas ou pour une randonnée photo en montagne, il vaut mieux toujours prévenir les risques de dommages et de vol en optant pour un contrat d’assurance qui propose des garanties couvrant l’ensemble de ces risques. Les garanties devront toujours être établies en fonction de la nature des matériels de photos et vidéos, mais aussi en fonction de leur valeur. Plus les appareils photographiques seront haut de gamme, plus leur prise en charge sera effective.

Enfin, il est important de bien relire le contrat d’assurance avant la signature de celui-ci, surtout au niveau des mentions d’exclusions de garanties. Il se peut en effet que le vol à l’arraché ou certains types de dommages ne soient pas pris en charge. Aussi, pour éviter les mauvaises surprises à l’arrivée, il vaut mieux être minutieux à la lecture du contrat d’assurance pour les appareils photo argentiques ou numériques.